FORAGES,MARAÎCHAGES,LATRINES ET CULTURES: Approche et historique

I) L’EAU ET LES EQUIPEMENTS SANITAIRES

L’eau, avec l’éducation et la santé , reste l’un des paramètres les plus importants pour assurer le développement des Burkinabés, particulièrement en milieu rural, en brousse.

a) L’accès à l’eau et les forages

Une étude démographique Burkinabée remarquable et datant de 2010 évaluait à environ 40% la population rurale n’ayant pas encore à l’époque d’accès à l’eau « amélioré », ce terme couvrant les accès à l’eau par robinets, forage, puits protégé. Le taux a certainement diminué depuis , heureusement, mais cela reste un problème crucial. L’eau est en effet source de vie mais aussi de mort quand elle est de mauvaise qualité. Longtemps, le seul équipement d’accès à l’eau en milieu rural était un puits que l’on busait et dans lequel on prenait l’eau avec un seau au bout d’une corde. L’eau du puits était immédiatement polluée dans la mesure où le seau était loin d’être propre. Il en résultait un taux de mortalité infantile important du fait des maladies hydriques  (diarrhées, bilharzioze, cholera, parasitoses intestinales) et également un mauvais état sanitaire général de la population préjudiciable au développement économique et social,beaucoup de personnes devenant malades de manière chronique.Puis heureusement, les forages se sont développés donnant un accès à l’eau qui reste propre à l’usage. Il n’y a pas si longtemps Amitié et Développement aidait pour construire des puits busés et non des forages parce qu’un puits busé coûte environ 8 fois moins cher qu’un forage, car nous pensions qu’il valait mieux avoir accès à l’eau même polluée que pas d’accès du tout. Mais depuis quelques années, concernant la consommation humaine, nous n’aidons plus que pour des forages. Encore faut-il que ceux-ci soient bien gérés: Outre le coût élevé; l’entretien du mécanisme est le talon d’Achille de cet équipement. La pompe manuelle doit en effet être entretenue et réparée éventuellement dans des délais très courts. Tout cela implique une formation des populations et une logistique que se met en place progressivement mais pas si évidente dans ces environnements difficiles. Généralement les grands programmes (ceux auxquels  Amitié et Développement a participé, par exemple) incluent un module formation des villageois à la gestion hygiénique de l’eau qui permet d’assurer la pérennité des équipements. Par ailleurs, le Burkina s’est doté de structures administratives d’équipement et de gestion de l’eau qui se veulent efficaces même s’il existe un grand écart entre les textes (la théorie) et la pratique mais l’orientation est là et chaque année il y a des progrès.

Amitié et Développement a financé près de 50 forages sur tout le territoire du Burkina avec comme point d’orgue un programme de 15 forages d’un coup dans l’ Est du Burkina mené à bien grâce à la forte participation financière et méthodologique de l’ Agence de l’ Eau Seine et Normandie (AESN).

b) Les équipements sanitaires:

Si l’accès à l’eau en milieu rural reste insuffisant même bien que s’améliorant  d’année en année, l’accès aux équipements sanitaires, quant à lui,  est carrément déficient. L’étude démographique de 2010 indiquait  que seulement 6% de la population rurale avait accès à des toilettes améliorées et que 79% de cette même population n’avait accès à aucune toilette. Cela s’est certainement amélioré depuis 2010 mais il reste encore énormément à faire. Amitié et Développement a financé dans de nombreux endroits des latrines  principalement à usage privé (pour les écoles, par exemple). Les grands programmes d’accès à l’eau comportent obligatoirement , maintenant, l’accès sanitaire. Amitié et Développement vient de soumettre (en  février 2016) un programme de 5 forages qui comportent aussi  la création de 10 latrines sanplat par village soit 50 latrines pour les cinq villages concernés. Petit à petit, donc, le retard  va se combler et l’hygiène générale s’améliorer.

II) LES MARAÎCHAGES

Le Burkina Faso  fait partie de l’espace sahélien menacé par la descente vers le Sud du désert et par la déforestation. Le Burkina Faso est un pays essentiellement agricole et Amitié et Développement a toujours soutenu les nombreuses initiatives  génératrices de revenu pour les villageois et même expérimentales. C’est ainsi qu’il y a quelques années, nous avons contribué pendant deux années à la mise en place dans 25 villages de la culture du niébé, sorte de haricot qui a la caractéristique de fixer l’azote dans le sol et qui lutte donc contre l’épuisement des sols, sérieux problème là-bas. Nous avons aidé à la création de nombreux jardins maraîchers, certains très petits  juste pour assurer des revenus à un groupe de quelques femmes, d’autre de plus grande envergure pour tout un village. Souvent, on pense qu’un forage peut donner lieu à un jardin maraîcher puisque l’eau est là . Sauf exceptions (débit très important du forage) c’est une idée erronée et nous n’acceptons plus d’aider des jardins maraîchers dont l’arrosage dépend d’un forage. Notre expérience a montré en effet que le jardin ne durait pas et que l’investissement en clôture par exemple  était perdu. Nous avons aidé , par contre à la création de jardins maraîchers d’un hectare avec la construction de puits busés , gages de pérennité, dans la mesure où  la plupart du temps, ces jardins sont installés dans des bas fonds qui collectent assez d’eau pour assurer la jonction entre deux saisons des pluies.

Les jardins maraîchers sont très utiles en terme de développement économique et social: ils assurent une activité économique pendant l’hiver en prenant souvent la place qui a été utilisée pour cultiver des plantes vivrières, riz, manioc et mils. Ils témoignent d’une solidarité à l’intérieur d’un village , les chefs de village accordant un droit de maraîchage sur des terrains de culture appartenant à des paysans et chaque villageois s’engageant à  cultiver et entretenir le jardin. Notre contribution consiste pour l’essentiel à financer les puits busés, la clôture et le matériel nécessaire pour cultiver (pelles, pioches, seaux ).

DSC_3124 DSC_3112DSC_3115